La Compagnie Noire – Glen Cook

La Compagnie Noire de Glen Cook

Les livres du Nord, tome 1

L’Atalante

 

Jusqu’à cette semaine, je ne m’étais pas aventurée dans le jardin de Glen Cook et de La Compagnie Noire; l’importante œuvre de l’auteur ne titillait que modérément mon intérêt. La curiosité se manifestait régulièrement, mais cette dernière n’était point suffisante pour franchir le cap. C’est une critique d’Apophis, qui a secoué le cocotier et regonflé mon envie de me frotter aux rustres de cette unité (ainsi que ses chroniques successives en la matière).

J’avoue que la fantasy classique qui propose les quêtes initiatiques d’un jeune garçon ignorant tout de la prophétie dont il est l’objet ont fini par me lasser, tout comme les lourdes et habituelles ambiances médiévales européennes. Pour ce premier tome des Livres du Nord, difficile de placer l’intrigue dans un univers  aussi classique.

La pluie, le vent, le froid et la glace attendent inlassablement les hommes de la Compagnie Noire. Quand l’élément liquide ne cherche pas à les noyer ou les congeler, c’est un vent aride qui parvient à les dessécher, ou bien une chaleur moite qui les berce d’une torpeur traîtresse. Ou un redoutable homme-panthère si vif et mortel que les sorts l’effleurent, les épées le caressent et les flèches le chatouillent. L’adversité est le lot quotidien de ces mercenaires sans foi, ni loi – quoique cette qualification si facile reste à prouver.

Notre fameuse unité, forte de quelques centaines d’hommes, trouve un employeur ambitieux et obscur en Volesprit. Ses particularités résident en un masque qui dissimule son visage en permanence ainsi que de nombreuses voix, souvent féminines, charmeuses, froides ou effrayantes suivant les circonstances. Ces hommes d’élite ont pour tâche de soutenir l’effort de guerre de la Dame en proie à une rébellion dans le Nord. Leur mission est claire comme de l’eau croupie, le danger omniprésent et surtout multiforme.

Cette Dame, une puissante magicienne, fut libérée de sa prison éternelle en compagnie de ses Dix Asservis (dont Volesprit) il y a dix ans de cela. Depuis, ces puissances malfaisantes cherchent à reconquérir le terrain perdu et asseoir leur domination sur le monde. Les rebelles s’y opposent avec vigueur et surtout l’aide des 18 mages qui constituent le Cercle.

Le cadre de la trame est brossé, et bien que nous ayons à priori une lutte du Bien contre le Mal, cette dichotomie une fois la lecture achevée est loin d’être aussi limpide. Les rebelles n’hésitent pas à commettre des exactions à qui mieux-mieux, à monter des coups tordus ou commettre des crimes odieux afin d’enrayer voire de mettre fin au règne de la Dame. De leur côté, les mercenaires se conduisent en mercenaire, mais ne sont ni dépourvus de cœur ni d’empathie.

Nous sommes bien dans un récit de Dark fantasy, à tel points que le camp du « Bien » n’existe finalement pas, et cette grandeur n’apparaît dans le roman que par fulgurance, par l’intermédiaire d’actions et de comportements individuels : empêcher le viol d’une jeune fille, porter secours à un vieux, l’entraide entre camarade,…

Sombres sont l’ambiance et le propos. Pour autant, je n’achève pas ma lecture sur avec le cœur lourd, l’esprit submergé par le pessimisme, ou les tripes retournées de dégoût. Je suis enchantée de cet univers obscur, brutal et âpre car Glen Cook nous offre un roman fort, captivant et finalement équilibré. La noirceur niche dans les événements, les camps qui s’opposent, mais rarement dans le cœur des hommes de la Compagnie Noire. Il ne s’agit en rien d’angelots ou de paladins, cette unité demeure composée essentiellement de salauds, de criminels, de voleurs et d’autres personnes de la même engeance, mais ils démontrent des qualités qui compensent partiellement les erreurs ou errements du passé, et les tares présentes. De plus, les événements nous sont contés par Toubib qui ne partage pas ces vils traits de caractère, ni les compagnons à qui il prête vie. Certes, nous avons de la rancune et de la violence, mais également un fort esprit de corps, une grande camaraderie, de robustes liens fraternels et une entraide quotidienne.

Ainsi, l’ambiance et l’univers sont sombres, sans submerger le lecteur. La campagne nous est rapportée par l’annaliste de la Compagnie tel un compte-rendu régulier. Le rôle de Toubib est crucial pour le moral des hommes, les annales constituent l’essence même de cette unité d’élite. Il rapporte consciencieusement les anecdotes amusantes,  l’état d’esprit de ses camarades, les chamailleries,  rend compte des morts et des circonstances des décès et chronique les batailles menées et leur issue. Nous avons un récit très personnel incluant ses états d’âmes, ses confidences, ses espoirs ou ses fantasmes à propos de la Dame.

Les annales en elle-même jouent un rôle fondamental pour la Compagnie Noire. Elles honorent l’histoire et la mort des hommes qui l’on constituée, tout en leur offrant une forme d’immortalité. Elles sont un liant extraordinaire et vital pour le moral, la tenue et l’honneur de la troupe. Les Annales sont l’âme de La Compagnie Noire.

Des personnages principaux  – auxquels mieux vaut ne pas trop s’attacher car la mort frappe gaiement – Toubib est logiquement le plus en vue et tangible parmi les mercenaires. Les autres protagonistes bénéficient d’un soin d’écriture du moment qu’ils interviennent régulièrement (Corbeau, Qu’un Œil, Gobelin,..) les autres sont plus en retrait et du coup moins en chair (Elmo, Les Dix, Chérie,…), cela n’est en rien gênant pour le lecteur qui suit avidement le récit des batailles et différentes péripéties.

Le ton et le langage sont brut de fonderie, pas de langue châtiée et précieuse ici. Ce côté rugueux donne du crédit à l’histoire et renforce la crédibilité des propose et permet une meilleure immersion dans l’aventure. J’ai été conquise par l’ambiance, le ton plausible de l’annaliste qui ne tombe jamais dans l’angélisme et qui évite le piège d’un cynisme facile.

La Compagnie Noire une œuvre de dark fantasy de référence qui ne tombe dans aucun excès, ni dans la caricature du toujours plus de sang, plus de violence, ou plus de cynisme. En revanche, le lecteur qui est à la recherche d’un bel elfe longiligne, lumineux ou chevaleresque parcourant une forêt millénaire et ensorcelante y perdrait des plumes ou un chaste enthousiasme.

Autres critiques :

Le culte d’ApophisLorhkanBoudicca

Challenges :

Challenge Lecture 2016 : un classique que tu as toujours eu peur de lire

Défi lecture 2016 : # 25 le narrateur est un méchant

12295263_10153872122952369_9088107963143541444_n

Publicités

29 réflexions sur “La Compagnie Noire – Glen Cook

  1. Ping : Les annales de la Compagnie noire, tome 1 : La Compagnie noire | Le Bibliocosme

  2. Super critique (merci pour le lien !). Je crois que tu as très bien su rendre l’ambiance de camaraderie qui règne dans ce roman, ainsi que le fait que, bien qu’il relève de la dark fantasy, il n’en propose pas moins une lecture attrayante et dont on ne ressort pas traumatisé. Bravo !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup! 🙂
      Oui, l’ambiance de camaraderie est très importante et pour des militaires, c’est fondamental. J’avais peur que ce soit trop cru et sanglant, vulgaire même et ce n’est pas du tout le cas! Merci !

      J'aime

  3. Ping : La Compagnie Noire – Glen Cook | Le culte d'Apophis

  4. C’est une série tout à fait originale en effet, qui se disingue des autres. Qu’ils aient choisi le Mal déjà, c’est formidable comme idée, mais qu’on ne voie pratiquement rien des combats et batailles, c’est bien aussi : le point de vue du toubib mêle humour et clairvoyance et fait sens.
    Pour le coup, voilà un bout de temps que je ne les ai pas retrouvés, et je me souviens que l’intrigue et les personnages sont si serrés qu’il ne faut pas mettre trop de temps entre chaque tome…

    Aimé par 1 personne

  5. Jean

    Il y aussi la série de Garrett (du polar genre détective privé chez les elfes…) C’est léger, bien ficelé et totalement à l’opposé de la Compagnie noire…Les premiers tomes sont en poche, donc on peut y aller sans risques…
    En revanche, je suis moins convaincu par Qushmarra et les Instrumentalités de la Nuit…Il faudra que j’y remette…
    Bravo pour ton blog ! Très bien fait et un ton que j’aime beaucoup…

    Aimé par 1 personne

    1. La série des Garrett, je note car un détective privé chez les elfes ce doit être vraiment une trouvaille si c’est bien écrit et penser. Pour les autres, hors Compagnie Noire, je ne sais pas, et d’ailleurs, c’est moins sûr que je m’y mette.
      Merci du compliment! Avec le ton, je fais ce que je peux, je ne veux pas un ton sérieux et docte, mais pas potache non plus, difficile d’avoir le bon curseur!

      J'aime

  6. J’ai lu les trois premiers, qui forment un tout avec une conclusion semi-ouverte. J’avais beaucoup aimé, notamment le troisième avec une partie assez étonnante dans un désert très… fantasy ! Je te conseille d’aller, au moins dans un premier temps, au bout de ces trois-là car comme le dit Sandrine, ils sont très liés les uns aux autres.

    En tout cas, vu que j’ai les quatre intégrales (les trois romans lus forment la première intégrale, « Les Livres du Nord ») sorties chez l’Atalante, ce serait bien que je continue. Un jour. 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Merci de ces conseils Lorhkan. Dans un premier temps je compte poursuivre au minimum les Livres du Nord. Mais, c’est le minium, tant que cela me plaît je vais continuer (je lis rarement ce qui ne me tente pas). Le club des « il faut que je continue » est assez important.

      J'aime

  7. J’ai dévoré tous les tomes de la saga avec un plaisir manifeste ! J’ai trouvé original cette brochette de gueules cassées, je me suis laissée prendre par leur gouaille. Un excellent souvenir de lecture ravivée grâce à ta très bonne chronique, merci 🙂

    Aimé par 1 personne

  8. Ping : Quatre Cavaliers pour Halloween, Octobre 2016 – Albédo

  9. Ping : A la pointe de l’épée – Kushner – Albédo

  10. Ping : Mes 42 livres de chevet – 20° à 11° – Albédo

  11. Ping : Albédo Award 2016 : Joyeux Noël ! – Albédo

  12. Ping : Les Jardins de la Lune – Steven Erikson – Albédo

  13. Ping : Le Château Noir – Glen Cook – Albédo

  14. bouchondesbois

    Cela fait des mois et des mois que je me dis qu’il serait temps de découvrir ENFIN ce cycle, d’autant que J’ai Lu (je crois ?) est en train de le rééditer sous forme d’intégrales… Il faut, vraiment ! Ce que tu en dis m’encourage à me lancer à l’assaut du pavé et me renforce dans l’idée qu’il pourrait tout à fait me plaire 🙂

    Aimé par 2 people

  15. Ping : Héritage – Lois McMaster Bujold – Albédo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s