Les poisons de Katharz – Audrey Alwett

Les poisons de Katharz d’Audrey Alwett

Actu-sf  Badwolf

« Le Prince Alastor n’apprécie pas qu’on l’appelle « l’Indolent » (vraiment, les gens sont méchants). Pour régler la question, le Sénateur Mâton le persuade de détruire Katharz. Voilà une guerre qui sera vite gagnée !

À Katharz, la ville-prison où la Trisalliance déverse chaque année ses indésirables, la situation est intenable. Ténia Harsnik, la tyranne en place, est obsédée par un nombre, celui des habitants qui vivent entre ses murs. En aucun cas, il ne faut dépasser les cent mille, car alors CE qui dort sous la ville SE réveillerait. Si cela se produisait, rien ne pourrait L’arrêter, sauf peut-être Dame Carasse? Mais la sorcière la plus puissante de la Terre d’Airain, à ce qu’elle raconte, semble bien plus préoccupée par son bizarre apprenti que par le destin du monde. D’ailleurs, la ville ne compte que 99 500 habitants. Ce n’est pas comme si l’apocalypse était dans un mois? pas vrai ? »

Apocalypse J-35 à Apocalyse H-35…

Le ton est donné dans le quatrième de couverture. Au-delà de la trame, c’est justement cette plume insolente et mordante qui fait la saveur de ce roman.

Audrey Alwett nous raconte l’imminent réveil d’un démon planqué sous la ville de Katharz. Les conditions de son retour sont sur le point d’être réunies, aussi Ténia use-t-elle de toutes les combines pour ralentir l’augmentation de la population : assassinats discrets, titres de chevalerie pour les plus zélés, rapines, meurtres, délicates évasions,… mais attention, il faut le faire avec style et panache, sinon c’est la guillotine (et une âme de moins, une!).

La tâche de cette sanglante monarque est facilitée par l’environnement – Katharz est une ville prison, la référence à une célèbre maison paraît évidente – par la sorcière/marraine qui l’épaule, ainsi que par sa propre volonté et son tempérament d’acier. D’un autre côté, la Trisalliance  lui met quelques brindilles dans les roues : espionnage d’une discrète évidence (il y a même une qui porte un « surnom » amusant : « Taupe« ), envois de prisonniers, volonté de prendre la cité,…

Bref d’un côté Ténia Harsnik tente de réduire la population, de l’autre les petits cons empilent des âmes. 100 000 est la limite… puis Salbëth s’éveillera pour dévaster la Terre d’Airain. Vous apprécierez le choix croustillant des différents noms.

Ce petit jeu de morpion aussi amusant soit-il, n’est pas le plus ludique car le lecteur assiste à la main mise sur une couronne par un sénateur forcément sans scrupule et caricatural à souhait. Sa nièce Virginie, qui n’en a que le nom, se fait appeler Grâce et doit épouser le Prince falot et fat. Les péripéties et les calembours s’enchainent sans grands temps morts,… Et bien sûr, nous assisterons à Apocalypse now!

L’humour est un élément essentiel de ce roman désopilant et sans autre prétention que le rire. Ce pari est entièrement réussi. Entre jeux de mots savoureux et subtils et blagues à deux francs six sous, le sourire s’affichait en permanence sur mes lèvres et quelques passages m’ont bien fait rire. Audrey Alwett nous dit toute son admiration pour Sir Pratchett, et ce texte est une forme d’hommage.

Généralement, je suis loin d’être une fan de ce type d’exercice me lassant très vite des situations burlesques à répétition. Avec Les poisons de Katharz, je n’ai pas atteint la saturation car l’auteur joue sur plusieurs registres de l’humour (de l’ironie dans la veine de Voltaire, aux situations comiques style Fourberies de Scapin, des jeux de mots dignes de F. Dard, à des petites choses plus subtiles). Je n’ai noté qu’une ou deux trop grosses facilités ou consensualité (Z. Yemmour, le méchant). En revanche, j’ai plutôt eu l’impression de lire une BD comparable à l’excellent De Cape et de Crocs à la place d’un roman de fantasy et cela est un poil déroutant.

Roman loufoque sans tomber dans le potache ou l’humour graveleux, l’auteur nous livre un texte ludique et séduisant. Bon pour le moral!

(vous aurez compris que j’ai passé un excellent moment)

47175445

Autres critiques  :

Le Bibliocosme (Dyonisos)

Challenge :
Challenge Littérature de l’Imaginaire – 5° édition

c2_orig

Le livre :
poisonskatharz
Actu-Sf – Badwolf
Parution : octobre 2016

Nombre de pages : 424
ISBN : 978-2-36629-825-3

Publicités

17 réflexions sur “Les poisons de Katharz – Audrey Alwett

  1. Ping : Les Poisons de Katharz | Le Bibliocosme

  2. Ping : Décembre noir pour clore l’année 2016 – Albédo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s