La Dernière Geste – Morgan of Glencoe

Editions Naos

Ce billet concerne les 2 premiers tomes de la trilogie La Dernière Geste de Morgan Glencoe, lus en 2022.

Dans l’Ombre de Paris de Morgan of Glencoe

Depuis des siècles, les humains traitent les fées, dont ils redoutent les pouvoirs, comme des animaux dangereux. Lorsque la princesse Yuri reçoit une lettre de son père lui enjoignant de quitter le Japon pour le rejoindre, elle s’empresse d’obéir. Mais à son arrivée, elle découvre avec stupeur qu’elle a été promise à l’héritier du trône de France ! Dès lors, sa vie semble toute tracée… jusqu’à ce qu’une femme lui propose un choix : rester et devenir ce que la société attend d’elle ou partir avec cette seule promesse : « on vous trouvera, et on vous aidera. » Et si ce « on » était la dernière personne que Yuri pouvait imaginer ?

L’Héritage du Rail de Morgan of Glencoe

Alors que la nouvelle se répand en Keltia, Yuri, ramenée de force à l’ambassade du Japon, est déterminée à reprendre sa liberté malgré tout. Mais comment fuir, et où trouver refuge ? Seul le Rail semble désormais capable de lui donner asile…

Critique

Encouragée par les nombreuses critiques plus que positives, en sus, la trilogie m’ayant été offerte par le Troll, je me suis jetée avec délectation sur cette saga, au moins sur les 2 premiers tomes Or, mon effort fut vain, car je n’accrochais pas à l’histoire, et surtout à de nombreux personnages. En premier lieu, Yuri dont l’immaturité invariable finissait pas m’excéder. Elle fut éduquée par un père ambassadeur dans un univers nippon aux liens étroits avec la France. Elle vit dans un monde politisé et particulièrement retors, et se destine à épouser l’héritier du trône de France. Couardise, cachoterie, faux-semblant, tout autant que courage et loyauté font partie de son quotidien, elle s’y montre habile, précise, affûtée et particulièrement fine. Elle est loin d’être une ingénue candide, pourtant ses réactions ont sonnées « faux » à mes yeux, notamment avec les gens du monde des égouts, dès lors qu’elle ne communiquait plus dans un cadre privé ou officiel. Sa découverte de l’injustice et de l’inégalité manquait de cohérence…

La fuite, l’inconnu, le danger peuvent certes altérer la lucidité, mais au point de transformer cette maîtresse-femme en poupée éléphantesque se déplaçant dans un univers de porcelaine, j’ai quelques doutes. Bien plus que des doutes.

Autre point qui tend à me sortir d’un roman, et qui n’est pas propre à cette trilogie, il s’agit d’ailleurs d’un constat personnel lors de la lecture de livres.

La création de scènes, passages, événements ou situations qui ne sont mis en place que pour amener un personnage d’un point A à un point B, tout en ne cadrant pas, ou pas suffisamment, avec le dit protagoniste. Lorsque ces procédés me sautent aux yeux, la suite de ma lecture devient compliquée. En effet, dans ces cas, le récit revêt une légère artificialité et le momentum de la scène B construit grâce à l’élaboration de ces passages tombe à l’eau. Un exemple flagrant s’illustre dans la 7° saison de GoT, lorsque le groupe dirigé par Snow est envoyé dans le nord obligeant un sauvetage par les 3 dragons de Daénérys, et tout cela pour donner un dragon mort-vivant à l’armée blanche qui marche sur le Sud. Rien de logique dans cette décision, complétement en dehors du comportement des protagonistes principaux, démontré jusqu’alors!

Il en est de même ici, lorsque forcément le gars qui va trahir – car il faut que quelqu’un trahisse – donc il faut une raison de le virer des égouts pour qu’il aie cette motivation, et donc il faut un acte suffisamment répréhensible pour le renvoyer à la surface et donc il faut un truc impardonnable… Une tentative de viol s’impose. L’écueil réside dans la préparation de cette succession d’événements, elle est prévisible et élaborée avec un court moment antérieur qui par son artificialité donne la puce à l’oreille.

Ce que je reproche à ce passage, n’est pas dans l’idée et la nécessité, mais dans le manque de construction du personnage agresseur et de sa relation avec la jeune femme. C’est un exemple parmi d’autres, car je ne compte pas faire une analyse de chacun d’entre eux.

Néanmoins, cet aspect n’est pas rédhibitoire en soi, car j’y passe outre généralement. Toutefois, ceci ajouté à l’agacement que je concevais pour Yuri, l’ambiance bien trop Young Adult de la trilogie ont basculé les deux romans plus en déception qu’en coup de coeur, et j’en conçois d’autant plus car j’appréciais beaucoup tous les personnages du rail, le capitaine en tête, et c’est un cadeau du Troll…

Il y a du bon dans cette trilogie. L’univers alternatif proposé est très séduisant avec ce Paris parallèle, tout comme ce Japon inféodé. Le monde du dessous, un refuge, s’anime autour de personnages à part, attachants, charismatiques, chacun portant blessures et espoirs à la mesure de l’opposition surface/sous-sol, ou du rejet par le monde du dessus pour tout ce qui est autre. Le côté moralisateur associé à la dichotomie des deux mondes atténue les propos et l’impact des injustices. Dommage.

Trop de dichotomie, une princesse agaçante, un parfum de Youg Adult ont nuit à mon intérêt.

Autres critiques :

Mon Troll De livres en livresAelinelYuyineLes Chroniques du Chroniqueurs ElhyandraL’ours

Un petit coup de pouce pour votre lutin adoré :

Envie de soutenir le blog ? Vous pouvez le faire en passant par le lien en dessous (pas de frais supplémentaire!). Ceci m’aide à financer l’hébergement du site sans publicité et à organiser des concours avec des romans à offrir.

La Dernière Geste Of Glencoe

Publicité

11 réflexions sur “La Dernière Geste – Morgan of Glencoe

  1. Je ne suis pas surprise ! Si ça peut te rassurer, je me suis arrêtée à la moitié du premier tome parce que je trouvais la princesse insupportable et le texte pas suffisamment abouti. Pourtant tout le monde l’encense alors j’imagine que ce n’est juste pas dans mes goûts 🤷 cela arrive. Dommage quand même pour toi qui as quand même lu deux tomes sur trois 😱

    Aimé par 1 personne

    • Et bien cela me rassure vraiment car je voyais beaucoup de retours très positifs, avec des blogopotes enchantés et qui sont exigeants, je me disais mais que se passe-t-il ?…
      Je n’ai pas pu pour le 3°, mais, je souhaitais lire la trilogie initialement, Céline m’a offert les 3…

      Aimé par 1 personne

  2. J’ai pour ma part lu les 3 tomes.
    Et j’en suis à la meme conclusion. Et en plus, dans le 3° tome arrive la description de la société keltienne. Et là c’est carrément l’utopie. Mais c’est trop. Et tout devient très manichéen. Bref je ne suis pas sure de lire la suite…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s