Le nom du Vent – Patrick Rothfuss

Comme au premier jour.

Chronique du tueur de roi

Bragelonne

Le nom du Vent est un roman de fantasy qui fait beaucoup de bruit un peu partout dans le monde. A tel point que son souffle épique l’a déposé aux portes des maisons de production. Un parallèle peut être fait avec la saga d’Harry Potter tant sur le point cinématographique que sur le parcours du jeune orphelin prodige.

Malgré des critiques dithyrambiques soulignant l’originalité et l’aspect novateur du roman, je ne peux y souscrire.  En effet, la trame est déjà utilisée, les tueurs de rois se répandent allégrement, les chroniques sont légions et de nombreux livres ont déjà la paternité de quelques « trouvailles ».

Est-ce pour autant un mauvais roman, ou en suis-je ressortie dépitée ou déçue ? Pas le moins du monde, ne vous attendez donc pas à un cyclone colérique. J’ai aimé, et me suis immergée avec plaisir dans le pavé lourd de 850 pages (un indicateur : il a tenu 4 jours). Bref, rien de novateur ou de révolutionnaire, mais une belle et bonne histoire.

Lire la suite

Hypérion 1&2 – Dan Simmons

Hypérion de Dan Simmons

Les Cantos d’Hypérion, tome 1

Prix Locus, Prix Hugo

 

Il y a quelques temps, j’ai exprimé mon exaspération concernant le découpage d’Hypérion par les éditions Pocket. Une scission criminelle – séparant l’intrigue artificiellement et arbitrairement – qui laissait au lecteur un goût d’inachevé et de trahison (et d’être pris pour une vache à lait). C’est d’autant plus contraire à toute éthique qu’initialement le roman original en question n’est pas si volumineux.

Je vous propose donc une chronique complète du tome 1 et 2,  produit de notre édition bien française.

Hypérion narre le voyage au sens propre comme au figuré de sept pèlerins, choisis par les instances de l’Hégémonie pour formuler une supplique auprès du Gritche. Au cours de ce trajet, chacun va exposer les raisons de sa présence; des récits qui vont rythmer le roman de Dan Simmons.

Lire la suite

Mes vrais enfants – Jo Walton

Mes vrais enfants – Jo Walton

Denoël – Lunes d’encre

Prix

Que dire de Mes vrais enfants qui n’ait déjà été écrit ? Chaque chronique, critique ou avis encense ce roman à tel point que j’en ai ouvert les premières pages avec anxiété. La proposition s’inversait quelque peu : serais-je à la hauteur du chef d’œuvre déclaré ?

Ce n’est pas ma première rencontre avec Jo Walton, nous nous sommes croisées à travers les pages non pas de Morwena, mais lors de son uchronie précédente Le Cercle Farthing. Je n’avais pas été conquise à ce moment là, malgré d’excellents retours, mais la plume de l’auteur et sa subtile uchronie m’avaient séduite, me laissant du coup un petit goût de reviens-y.

C’est chose faite avec Mes vrais enfants,  et je me trouve une fois encore, avec  la même sensation assez mitigée.

Lire la suite

L’I.A. et son double – Scott Westerfeld

L’I.A. et son double de Scott Westerfeld

Les nouveaux millénaires

 

Turing n’est simplement le nom d’un mathématicien génial et incompris de son temps, ni l’homme qui a cassé le code Enigma Nazi durant WWII( je vous conseille l’excellent film Imitation Game), ni le père spirituel de nos futurs ordinateurs. C’est également un test destiné à mesurer l’intelligence artificielle, ou plus exactement à déterminer le degré de conscience d’une IA. Aujourd’hui. Dans quelques siècles ce sera aussi le cas, le test évaluera le degré de conscience d’une IA et lui affectera un coefficient. Tant que celui-ci est inférieur à 1, c’est un ordinateur ou dans notre roman, L’IA et son double, un système de navigation et de contrôle d’un vaisseau, accessoirement, le tuteur d’une jeune fille perdue dans les turbulences cosmiques des hormones de l’adolescence.

Dans cet univers, atteindre le seuil symbolique et crucial de 1, c’est atteindre la liberté, la reconnaissance de la conscience. L’IA devient alors une personne pleine et entière. Comment y parvenir est une toute autre question.

Lire la suite