Hypérion 1&2 – Dan Simmons

Hypérion de Dan Simmons

Les Cantos d’Hypérion, tome 1

Prix Locus, Prix Hugo

 

Il y a quelques temps, j’ai exprimé mon exaspération concernant le découpage d’Hypérion par les éditions Pocket. Une scission criminelle – séparant l’intrigue artificiellement et arbitrairement – qui laissait au lecteur un goût d’inachevé et de trahison (et d’être pris pour une vache à lait). C’est d’autant plus contraire à toute éthique qu’initialement le roman original en question n’est pas si volumineux.

Je vous propose donc une chronique complète du tome 1 et 2,  produit de notre édition bien française.

Hypérion narre le voyage au sens propre comme au figuré de sept pèlerins, choisis par les instances de l’Hégémonie pour formuler une supplique auprès du Gritche. Au cours de ce trajet, chacun va exposer les raisons de sa présence; des récits qui vont rythmer le roman de Dan Simmons.

Lire la suite

Dernier vaisseau pour l’Enfer – John Boyd

Dernier vaisseau pour l’Enfer de John Boyd

Denoël

 

Une fois la lecture achevée, il y a  presque un goût de déjà-vu. Car aussitôt revient en mémoire la date initiale de publication du livre en question : 1968. Et là, je me dit que les Divergente et compagnie n’ont décidément rien inventé, ni rien révolutionné dans le genre dystopie.

Initialement, je pensais avoir entre les mains le récit d’un amour impossible, un Roméo et Juliette des temps modernes. Dernier Vaisseau pour l’Enfer narre effectivement l’histoire d’amour entre deux jeunes gens appartenant à deux classes distinctes : lui est un étudiant en mathématiques, un M5; elle en littérature une A5. Deux lettres de l’alphabet, deux lettres contenues dans le terme abîme, illustrant parfaitement le gouffre qui sépare les deux classements génétiques.

Ce roman est prenant, et donne une petite leçon aux gros bestsellers en vogue.

Lire la suite

Latium – Romain Lucazeau

Latium de Romain Lucazeau

Lunes d’encre – Denoël

J’avais quelques réserves à l’entame de Latium de Romain Lucazeau. En premier lieu, la prose et l’ambition philosophique de son projet m’intriguaient tout en m’inquiétant. Le CV impressionnant de l’auteur, à quelques années-lumière, pardon à des kalétôphos de notre sphère SF interpelait, tout comme une interview récente. En second lieu, ce fut le quatrième de couverture qui poussait la réflexion sur notre appartenance à la même galaxie SFFF : « Pétri de la philosophie de Leibniz et du théâtre de Corneille, Latium est un space opera aux batailles spatiales flamboyantes et aux intrigues tortueuses. Un spectacle de science-fiction vertigineux dans la veine d’un Dan Simmons ou d’un Ian Banks. » Intimidant.

Lire la suite

La Miséricorde de l’Ancillaire – Ann Leckie

La miséricorde de l’Ancillaire d’Ann Leckie

Les Chroniques du Radch, tome 3

Nouveaux Millénaires

Prix Locus 2016

La miséricorde de l’Ancillaire décrochait le prix Locus en 2016. Une performance remarquable puisqu’il a été nominé à l’Hugo ainsi qu’au Nebula et que les deux tomes précédents combinent deux Prix Hugo, un Nébula et deux Locus. Il y a de quoi laisser pantois devant la reconnaissance unanime de la profession. Pour autant, je ne comprends pas ce déferlement de prix (2 Hugo, 3 Locus, 1 Nebula, 2 Britsih Award…), et je ne suis toujours pas convaincue par le fond, manquant d’originalité, ni par la forme, alourdie par le choix de traduction.

Le lecteur qui poursuit cette chronique doit s’attendre à des révélations sur les tomes précédents.

Lire la suite

L’I.A. et son double – Scott Westerfeld

L’I.A. et son double de Scott Westerfeld

Les nouveaux millénaires

 

Turing n’est simplement le nom d’un mathématicien génial et incompris de son temps, ni l’homme qui a cassé le code Enigma Nazi durant WWII( je vous conseille l’excellent film Imitation Game), ni le père spirituel de nos futurs ordinateurs. C’est également un test destiné à mesurer l’intelligence artificielle, ou plus exactement à déterminer le degré de conscience d’une IA. Aujourd’hui. Dans quelques siècles ce sera aussi le cas, le test évaluera le degré de conscience d’une IA et lui affectera un coefficient. Tant que celui-ci est inférieur à 1, c’est un ordinateur ou dans notre roman, L’IA et son double, un système de navigation et de contrôle d’un vaisseau, accessoirement, le tuteur d’une jeune fille perdue dans les turbulences cosmiques des hormones de l’adolescence.

Dans cet univers, atteindre le seuil symbolique et crucial de 1, c’est atteindre la liberté, la reconnaissance de la conscience. L’IA devient alors une personne pleine et entière. Comment y parvenir est une toute autre question.

Lire la suite

L’épée de l’Ancillaire – Ann Leckie

L’épée de l’Ancillaire d’Ann Leckie

Les chroniques du Radch, tome 2

Nouveaux Millénaires

Prix Locus 2015

Tout comme le premier tome, L’épée de l’Ancillaire a ravi le prestigieux Prix Locus 2015, contrairement à celui-ci, ce roman n’a pas remporté le grand Chelem (Locus, Nébula, Hugo,…). Ma découverte de La Justice de l’Ancillaire avait été très pénible comme vous pouvez le constater dans ma critique. J’avais été non seulement déçue par le fond – les 4 plus grands prix de la SF, excusez du peu! – et par la forme. Malgré cette grosse déception et une lecture laborieuse, il y avait un petit quelque chose d’indéfinissable qui m’avait permis de terminer le roman et d’envisager d’ouvrir le tome 2.  Je viens d’achever L’épée de l’Ancillaire, et je ne comprends toujours pas l’attribution d’un tel prix.

Lire la suite

Ann Leckie

La Justice de L’ancillaire – Ann LECKIE

La Justice de l’Ancillaire
d’Ann LECKIE
Nouveaux millénaires
Prix Hugo 2014
Prix Nebula 2013
Prix Locus meilleur premier roman 2014
Le bâtiment de guerre Justice de Toren est à la fois une IA puissante et un vaisseau spatial. Il pilote des centaines de corps humanoïdes, les ancillaires. Il est également relié aux officiers humains de son bord dont il surveille les données métaboliques.
Un de ses ancillaires échappe à la destruction du vaisseau et « recueille » l’IA. Cet ancillaire s’est nommé Breq, mais n’a pas d’entité propre si ce n’est la conscience parcellaire du Justice de Toren. Il poursuit sa mission avec détermination lorsqu’il rencontre un ancien officier qui a servi à bord mille ans plus tôt.
Le nombre de prix décerné à ce roman a éveillé ma curiosité et ma méfiance. Le quatrième de couverture a permis d’emporter la décision. Au passage, c’est un peu dommage de dévoiler la finalité de l’intrigue avant même de lire le roman.

Lire la suite