Chevalier de spectres et d’ombres – Poul Anderson

Chevalier de spectres et d’ombres de Poul Anderson

Flandry – Chevalier de l’Empire Terrien

L’Atalante

C’est un bonheur de terminer avec le meilleur récit de Dominic Flandry, c’est également une tristesse d’achever l’aventure (du moins pour ce qui concerne l’édition en France). Ainsi est-ce un sentiment doux-amer qui persiste à la fin de cette lecture.

L’épopée fut belle, intense et pleine de fun ; elle ne se cantonne pas à un divertissement ludique et drôle. Certes, l’humour a été bien présent tout au long des nouvelles et romans de Poul Anderson, mais le lecteur a également pu découvrir un univers riche, élaboré et cohérent. Une histoire du futur qui ne joue pas simplement la carte du panache et du burlesque, mais qui offre une vision complexe et sans complaisance d’un empire galactique.

Dans ce dernier tome, Chevalier de spectres et d’ombres, les notes sonnent de manière nostalgique. Il y règne une harmonie un peu mélancolique, à l’image de toute une portion de la galaxie emportée par une entropie contre laquelle toute lutte semble vaine et dont l’issue est inéluctable. Ce rythme sourd nous l’avons peu à peu découvert dans les aventures de Dominic Flandry, mais c’est avec Le chevalier de spectres et d’ombres que le chef d’orchestre a fait jouer toutes les nuances. Le cycle de l’Empire terrien me fait penser au Boléro de Ravel : nous avons une entame douce, presque timide qui prend de l’ampleur et de la force au fur et à mesure que s’insère dans la symphonie une autre série d’instruments. Cette mélopée a pris ainsi toute sa dimension. (Après, je ne cherche pas à comparer le poids des deux œuvres dans le patrimoine culturel…)

J’espère avoir mis l’eau à la bouche de quelques curieux…

Lire la suite

Agent de l’Empire terrien (2005)- Poul Anderson

Agent de l’Empire terrien de Poul Anderson

Dominic Flandry

L’Atalante

Il y a quelque temps j’avais critiqué le même Agent de l’Empire terrien, mais dans la version OPTA de 1970. C’est sans conteste la premier fois que je lis le même livre à 6 mois d’intervalle. Ce ne sont pas exactement les mêmes, la version de l’Atalante nous offre une nouvelle traduction et surtout inclus 2 novellas de plus de 100 pages.

Dotée de cette nouvelle traduction et 40 ans d’écart, nous pouvons nous demander si cela influence la perception entre les deux exemplaires…

Lire la suite

Le Prince-marchand – Poul Anderson

Le Prince-marchand de Poul Anderson

La Hanse galactique, tome 1

Le Bélial

Avec Le prince-marchand, prenez contact avec l’histoire du futur vue par Poul Anderson (si ce n’est déjà fait avec les aventures Dominic Flandry). Découvrez un personnage emblématique grâce à la nouvelle, Marge bénéficiaire; un style et une maestria avec la novella, Un homme qui compte! Le Prince-marchand n’est autre que Nicholas Van Rijn, à la tête de la fameuse Ligue Polesotechnique.

Lire la suite

Les Mondes rebelles – Poul Anderson

Les Mondes Rebelles de Poul Anderson

Dans Flandry, Défenseur de l’Empire terrien

L’Atalante

Les Mondes rebelles fait suite à Un cirque de tous les diables, les deux romans forment le tome 2 des aventures de Flandry, Défenseur de l’Empire Terrien, chez L’Atalante.

Notre jeune agent fête ses 25 ans avec panache sur Terra quand il est convoqué pour une mission spéciale. Un amiral de la Flotte, McCormack, s’est rebellé contre l’Empire entraînant dans sa lutte plusieurs mondes près de la frontière barbare de l’Empire. Flandry a toute latitude pour tenter de remettre de l’ordre ou arracher des renseignements vitaux sur la situation.

Lire la suite

Dominic Flandry, La Longue Nuit

C’est le 1er Mai ! Fêtons-le avec un petit article qui se veut sympathique.

Un auteur m’interpelle particulièrement : Poul Anderson. Un héros et l’ensemble de ses aventures me passionnent : Dominic Flandry. Un Hic : question chronologie c’est un peu le bord*l . Initialement, j’avais lu un petit bout par-ci, un petit bout par là, et bien que qu’il était évident que Flandry et ses missions avaient une dimension allant au delà du divertissement, cela n’était pas mis en valeur par l’édition française.

Lire la suite