L’I.A. et son double – Scott Westerfeld

L’I.A. et son double de Scott Westerfeld

Les nouveaux millénaires

 

Turing n’est simplement le nom d’un mathématicien génial et incompris de son temps, ni l’homme qui a cassé le code Enigma Nazi durant WWII( je vous conseille l’excellent film Imitation Game), ni le père spirituel de nos futurs ordinateurs. C’est également un test destiné à mesurer l’intelligence artificielle, ou plus exactement à déterminer le degré de conscience d’une IA. Aujourd’hui. Dans quelques siècles ce sera aussi le cas, le test évaluera le degré de conscience d’une IA et lui affectera un coefficient. Tant que celui-ci est inférieur à 1, c’est un ordinateur ou dans notre roman, L’IA et son double, un système de navigation et de contrôle d’un vaisseau, accessoirement, le tuteur d’une jeune fille perdue dans les turbulences cosmiques des hormones de l’adolescence.

Dans cet univers, atteindre le seuil symbolique et crucial de 1, c’est atteindre la liberté, la reconnaissance de la conscience. L’IA devient alors une personne pleine et entière. Comment y parvenir est une toute autre question.

L’univers décrit ici est très vaste, et les voyages spatiaux d’un coin de la galaxie à un autre sont monnaie courante. Le roman est assez court, l’auteur ne s’est pas appesanti sur les détails ni sur l’enrichissement scientifique ou exotique de la Galaxie. Le propos est ailleurs  : l’IA. Cela pourrait frustrer les amoureux de space opera élaborés, qui vivront cela  comme une caresse suggérée, une taquinerie pas franchement assumée. Il en est de même avec les populations croisées dans le roman de Westerfeld  tout juste esquissées – un teasing comme disent nos amis anglo-saxons.

En revanche, le traitement de l’IA est remarquable. Nous entrons dans sa psyché et assistons à son évolution -spectaculaire – d’un œil médusé ainsi qu’un brin voyeur. C’est au contact de sa jeune protégée toujours plus exigeante, et traversant les épreuves – et les explosions hormonales de l’adolescence que notre Chéri (l’IA) grignote peu à peu le seuil de Turing, au grand dam du paternel qui perdrait un précieux instrument – sans entrevoir un profit quelconque au change.

Les phases de l’évolution du « space computer » à Chéri sont très cohérentes, d’une logique digne de Turing d’ailleurs. L’IA a en charge la conduite du vaisseau, fonction qui occupe une partie de sa puissance de calcul et de ses capteurs. Il est également le tuteur et compagnon de la jeune fille qu’il surveille, protège, éduque, instruit, choie et finit par aimer. Cette IA est très consciencieuse et appliquée, qualités indispensables pour diriger un vaisseau dans l’espace. Pour accomplir sa tâche auprès de sa jeune pupille, l’IA surveille tous les signaux, capte les modifications même infinitésimales émises par son corps. Pour répondre au mieux, puis pour anticiper et enfin pour satisfaire pleinement la jeune femme en devenir. Chaque étape franchie par la jeune fille,  est une expérience pour l’IA, une fraction du Turing. Et c’est dans l’amour que Chéri s’éveille.

Le double est bien entendu une femme, ce n’est pas que cette jeune fille. C’est aussi la femme, dont on ignore tout, qu’il rencontre lors d’un voyage d’affaire, une tractation sur de mystérieuses statues. Une femme perdue, qu’il va aider à s’éveiller. Une fois encore. Un beau jeu de miroirs, aussi.

Le roman ne fait pas l’économie de l’érotisme, frôlant parfois le SM. Je ne suis pas une adeptes des scènes de sexes dans les livres, qui sont souvent racoleuses, voire gratuites. Cependant, ici, elles ont toutes leurs place et permettent de franchir certains seuils…

La trame en elle-même manque toutefois d’ampleur. Cette sensation est, pour moi, liée à l’univers pas suffisamment élaboré, les enjeux sont par conséquent moins élevés et peinent à nous prendre aux tripes, éveiller grandement notre intérêt ou ouvrir nos mirettes d’admiration. Bref, il n’y en a pas assez.

Le roman est court, et ce n’est qu’une fois achevé que le lecteur reste sur sa faim avec une petite note douceâtre. L’écriture de Scott Westerfeld laisse parfois perplexe, avec des passages un peu cryptiques et je doute que ce soient des clins d’œil à Turing, cependant ils sont courts, peu nombreux, et largement compensés par la nervosité d’ensemble.

Après mon immersion dans Les archives du Radcht ( avec la Justice, puis l’Epée de l’Ancillaire), j’avais très envie de lire un roman dont la question centrale était l’IA. De ce point de vue, j’ai été gâtée, avec des jeux de miroirs très réussis. Avec les romans d’Ann Leckie nous avons une proposition dans l’univers d’une IA en quête de vengeance, mais sans être aussi immergé dans sa psyché. Avec L’IA et son double cet aspect est plus appuyé et profond. Et puis, il s’agit d’un heureux événement : une naissance.

J’émettrais un bémol pour les lecteurs cherchant un space opera plus classique : l’univers est trop survolé  ce qui nuit sensiblement à la trame globale ( il n’y a pas de conflits non plus, ni d’enjeux planétaires,…).

Généralement, Le cycle de la Culture de Banks est pris comme référence. Sorry, je ne le ferai pas : je ne l’ai pas lu.

PS : l’image pourrait-être une représentation de Chéri

Autres critiques :

Signalez-vous pour que je vous ajoute.

Challenges :

Un petit combo de l’espace!

Challenge Summer Short Stories of SFFF – saison 2

summer-short-stories-sfff-saison-2

Summer Star Wars – Épisode VII

ssw-7

Défi Lecture 2016 : #29 un livre érotique

12295263_10153872122952369_9088107963143541444_n

Publicités

10 réflexions sur “L’I.A. et son double – Scott Westerfeld

  1. Merci pour cette critique qui, comme toujours, cerne très bien les forces et les faiblesses du roman concerné. Je suis en tout cas content que tu aies apprécié l’aspect IA.

    Il est à mon avis très difficile de comparer ce livre avec les IA du cycle de la Culture, car les modes de naissance et le comportement ultérieur ne sont pas du tout les mêmes. L’IA de la Culture est altruiste (à part à la rigueur celle des Unités d’Offensive Rapide et des drones de Circonstances Spéciales, mais c’est un autre débat), tandis que si mes souvenirs (lointains) de cette lecture sont bons, Chéri est purement dans la réalisation de ses objectifs personnels ou dans l’apport un peu sadique de plaisir à sa partenaire du moment. Bref, si j’avais à faire un parallèle avec la Fantasy, je dirais que le livre de Westerfeld ressemble à de l’Heroic Fantasy (protagoniste égoïste cherchant à assouvir ses désirs et rien d’autre), tandis que l’IA de la Culture relève d’un équivalent de la High Fantasy (elle cherche à accomplir, pour le bien de tous, quelque chose qui transcende sa petite personne). Enfin du moins, c’est comme ça que je vois la chose.

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne pourrais effectivement faire aucun lien avec la Culture (qu’il me faut absoluement lire!), mais je suis entièrement de ton avis concernant la comparaison avec les fantasy, Hérpïc and Hight, et Chéri.
      Le développement de l’IA est remarquable surtout dans sa première moitié. Je regrette que l’auteur n’ait pas eu une ambition plus haute concernant sont univers, car nous aurions eu un roman fabuleux. Je le note, car il y a beaucoup de potentiel, or là tu vois débarquer un type jaune, avec un Gardien qui sort d’on ne sait où… C’est ce genre de constructions qui aurait mérité d’être plus élaboré. APrès le roman aurait été moins nerveux. Je te rassure, j’ai bien aimé cette lecture que j’ai lue d’une traite et sans aucun ennui. Merci de me l’avoir suggéré!

      Aimé par 1 personne

  2. Shaya

    Bon, le thème et l’auteur m’intéressent, mais de ce que tu dis, j’ai bien l’impression qu’il retombe dans le travers qui m’avait gêné avec la trilogie Leviathan, d’esquisser quelque chose de super intéressant, pour ne finalement que l’esquisser….. Je crois que ça ne sera pas pour moi !

    Aimé par 1 personne

    1. Aaaaaah! J’ai la trilogie du Léviathan… Je me disais que c’était prometteur. ce que tu me dis m’inquiète car si justement c’est simplement esquissé comme ici. Ce sera dommage de l’avoir acquise.
      Je ne pourrais pour l’instant pas faire de comparaison. Plus tard, j’espère.
      La première partie est magistrale, et notre virée dans l’esprit de Chéri vaut le coup d’oeil. Le roman est court. Je ne regrette pas su tout de l’avoir lu.
      Après c’est vrai qu’il y a tant à lire qu’il faut se mettre des priorités et avoir des exigenaces.

      J'aime

  3. Ping : De l’Or à foison pour Août 2016 – Albédo

  4. Ping : Challenge Summer Short Stories of SFFF saison 2 – bilan final | Les Lectures de Xapur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s